Le Gourmet solitaire

Auteur : KUSUMI Masayuki (scénario), TANIGUCHI Jirō (dessin)
La quatrième : 
Il travaille dans le commerce, mais ce n’est pas un homme pressé ; il aime les femmes, mais préfère vivre seul ; c’est un gastronome, mais il apprécie par-dessus tout la cuisine simple des quartiers populaires… Cet homme, c’est le gourmet solitaire.
Au gré de ses déplacements et de ses envies, il fait de chaque repas une expérience unique, qui ravive en lui des souvenirs enfouis, donne naissance à des pensées neuves, ou suscite de furtives rencontres.

Mon avis :

Un classique pour les amoureux du Japon et de la gastronomie ! C’est à la faveur de la nouvelle édition que j’ai savouré de nouveau les pérégrinations de notre mystérieux gourmet, avec une très belle introduction de Patrick Honnoré.

Vendeur VRP a son compte d’objets d’importation, il ne boit pas d’alcool, aime manger, et est assez musclé : voilà tout ce qu’on saura de lui à travers les pages. Lui n’est qu’un vecteur, une clef pour entrer dans des restaurants cachés et peu connus. Pointilleux sur la nourriture, il l’est aussi sur le charme du lieu et sur ce que cela lui inspire : un repas n’est pas qu’un plat, c’est un moment privilégié avec soi qui nécessite une harmonie des sens.

C’est dans cet esprit que les dix-huit chapitres vous emmènent faire une balade dans différents lieux et quartiers, de Tokyo à Osaka. Un sushi bar l’après-midi qui change le regard sur les habitudes de ses contemporains, un autre restaurant au patron raciste et méprisable, un riz au curry en pleine chaleur, un moment gourmand dans un parc…

On lit ce manga comme on se balade dans un parc au printemps. Il fait doux, calme, le soleil caresse doucement votre peau, rien ne presse. Quelques chants d’oiseaux accompagnent vos flâneries. Soudain, un fumet vous parvient : comme une odeur de brochettes… attiré, vous suivez le chemin… Voilà ce que vous offrent les auteurs : un moment pour vous.

Le dessin de Taniguchi est toujours aussi apaisant, le rythme de l’histoire est assez contemplatif, malgré un épisode un peu musclé (sur une page seulement !).

Bien qu’il donne faim et une forte envie de voyager, l’expérience est très agréable. Si vous avez aimé la Cantine de Minuit, vous apprécierez sans doute le Gourmet solitaire. A la fin, une courte nouvelle raconte un dernier épisode, où l’écrit surpasse le dessin de Taniguchi qui aurait été superflu. Il s’agit également de réflexions sur le courage et la force qu’il faut pour poussez le noren d’un restaurant inconnu, de découvrir un peu à l’aveugle, à l’instinct, les plats proposés et leur qualité.

Il existe, oserai-je dire « évidemment », une adaptation télévisée. Le drama, dont la huitième saison est sortie en 2019, suit ce schéma d’un restaurant par épisode, et à la fin, Qusumi présente l’établissement et les tenanciers, et donne l’adresse afin de pouvoir s’y rendre. Ils ne sont malheureusement disponibles que partiellement sur Netflix Japon.

Traduction : Sahé Cibot, Patrick Honnoré
Titre original : 孤独のグルメ, Kodoku no gurume
Éditeur : Casterman
Parution japonaise : 1997
Parution française: 2005
Prix littéraires : Prix Peng! (Allemagne, 2015)
Adaptations : série télé (8 saisons actuellement),
ISBN : 9782203101746
Prix : 18,95€

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :