Le pèlerinage de Shikoku. En images et en mots.

Auteur : Sophie LAVAUR
Éditeur : Sully Le Prunier
Parution française : avril 2019
ISBN : 978-2-35432-318-9
Prix : 19€
La quatrième : 

Il existe au Japon un pèlerinage bouddhiste aussi célèbre que le Chemin de Compostelle en Europe. Il relie en une boucle 88 lieux sacrés de l’île de Shikoku sur près de 1200 kilomètres. Le chemin suit les traces du moine érudit Kôbô Daishi, natif de la région et fondateur du bouddhisme ésotérique Shingon. Les habitants de l’île accueillent et accompagnent les pèlerins avec vénération et générosité et participent à l’atmosphère particulière de ce périple.

L’auteure, Sophie Lavaur, a marché seule pendant cinquante jours sur ce chemin reliant les 88 temples. Sous le soleil ou sous la pluie et dans le vent, en montagne, en bord de mer ou sur les routes de campagne, à la rencontre des pèlerins et des habitants, elle a été portée par l’authenticité du pèlerinage.

Dans cet ouvrage, elle a rassemblé, en images et en mots, des instantanés et des impressions qui témoignent de son aventure intérieure. Elle nous fait partager la succession de ces moments imperceptibles où le quotidien devient extraordinaire. Photos, haïkus, textes descriptifs rendent compte de ce voyage méditatif au cœur du Japon d’aujourd’hui et de toujours.

Mon avis :

On trouve de plus en plus de récits de ce pèlerinage, principalement de aruki henro, ces marcheurs invétérés. Je vous avais déjà parlé de Comme une feuille de thé à Shikoku et du Pèlerin de Shikoku, tous les deux des marcheurs courageux, avec une approche foncièrement différente.

Sophie Lavaur nous propose moins un long texte qu’un voyage en images, poèmes et courts textes. Une grande partie des temples est présentée par une ou plusieurs photos qui ne sont pas toujours l’édifice lui-même, mais un instant fugace, un détail d’intérêt : un chat joueur, un arbre noueux, des statuettes ou offrandes. Tous les temples ne sont pas présents.

Ce ne sont pas les seules photos puisque le chemin n’est pas seulement de la marche parfois pénible et sans intérêt entre deux temples ! Photos de la campagne, de fillettes, d’une rue ancienne sous la pluie… l’image parle sans mots.

Mais des mots, il y en a. D’abord une introduction qui présente l’auteure et le pèlerinage, puis quatre chapitres correspondant aux quatre parties du pèlerinage (Éveil, Ascèse, Illumination, Nirvâna), suivis d’un lexique, remerciements et une courte bibliographie.

Chaque chapitre est introduit par une page qui résume les grandes lignes et souvenirs marquants du périple, les photos sont superbes, accompagnées de haïkus qui sont majoritairement de la main de Sophie, mais aussi, plus rarement, de poètes célèbres, dont Santōka.

Rizières, serres
Fond de vallée tranquille —
Bruit de tondeuse

N’entend-on pas le bruit des champs travaillés, ne sent-on pas le vent léger, l’odeur de l’herbe coupée d’un matin ?

On avance lentement, on savoure chaque image comme autant de haltes. Même s’il n’en est rien, si la jungle menace, si les henro korogashi dérobent la terre sous les pieds des pèlerins, si la météo et le bitume les font souffrir, le chemin semble paisible.

Mon âme florissante
illumine —
Le vert tendre des champs

Les photos dialoguent, ou répondent au texte. On s’arrête sur des pages. On médite.

Ce qu’il y a de merveilleux, c’est que ce périple se passe de trop de mots. L’essentiel est dit sur le ressenti de l’auteure en quelques vers, qu’il soit physique et descriptif, ou que ce soit spirituel. Je suis assez sévère avec la poésie en général mais ici j’ai été charmée par la maîtrise de la fixation de l’instant fugace en quelques mores.

Oh ! Cette pluie
Lave mon âme sombre —
Je renais à la vie

Il y a un côté très « feel good » dans ces pages. C’est un livre qui fait du bien. Il est contemplatif, apaisant, c’est le genre d’ouvrage à laisser accessible sur son bureau ou sa table de nuit, en cas de besoin express de faire retomber la pression de ce monde trop rapide.

A la fin de l’ouvrage, vous trouverez un lexique de quelques termes et concepts importants dans le périple (henro korogashi, osettai, bosatsu, yoyaku, juzu…) et parfois simplement au Japon (itadakimasu, futon, natto, taifuu, ame…). La bibliographie vous permettra, si vous souhaitez faire ce pèlerinage, de le préparer et de vous renseigner plus avant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :