Mon imagier japonais – Les animaux, En balade, Je compte

Auteur : Julie Blanchin-Fujita
Éditeur : Hikari Éditions
ISBN : 978-2-36774-158-1 (Je compte) ; 978-2-36774-157-4 (En balade), 978-2-36774-141-3 (Les animaux)
Prix : 8,90€ (Je compte, En balade) ; 9,90€ (Les animaux)
La quatrième :
Mon imagier japonais est une série d’imagiers à destination des enfants de 0 à 3 ans. Bilingues français et japonais, ces livres permettent à l’enfant de découvrir la culture japonaise à travers de belles illustrations à l’aquarelle. Ce livre est un outil ludique indispensable pour les familles franco-japonaises, mais c’est aussi un ouvrage précieux pour tous les passionnés du Japon.

Mon avis :
Il était temps de parler des jolis petits imagiers japonais de chez Hikari éditions. Il y a déjà cinq petits albums :

  • Les animaux
  • Je compte
  • Les objets
  • En balade
  • Les aliments

 

Mais j’ai décidé de vous en présenter que trois aujourd’hui : Les animaux, En balade et Je compte.

Les animaux et En balade sont présentés de la même manière. À gauche une très belle image, puis les écrits à droite. Le mot en français tout en haut, en écriture cursive (comme à l’école), puis en dessous la prononciation en romaji, le mot en kanji, et ensuite la transcription en katakana et hiragana.

Ce mélange des écritures permet aux parents japonisants ou non de faire découvrir la langue japonaise, ses caractères, mais aussi l’imaginaire japonais avec les aquarelles qui accompagnent chaque page.

Le Japon n’est pas présent à toutes les pages, on y voit aussi bien le soleil et la lune que des kokeshi ou des cerfs-volants japonais. L’enfant fait ainsi un lien entre son univers familier et celui qu’il découvre.

L’imagier autour des chiffres est très légèrement différents, pour des raisons évidentes ! A gauche, l’image présente un certain nombre d’objets, en face le chiffre sous diverses graphies : en chiffe arabe et le français en écriture cursive, puis son alter ego en kanji et romaji. On apprend à compter de 1 à 10, ainsi que 20 et 100.

Enfin, on décrit l’image, en français et en japonais. On note la précision avec la présence du compteur ひき• 匹. Dommage qu’il n’y ai pas eu plus de place pour y mettre au moins le romaji pour la lecture, mais cela aurait nuit un peu à la clarté.

Les japonisants savent que certains chiffres ont deux prononciations, elles ne sont pas oubliées ! Les chiffres quatre, sept, neuf et dix sont accompagnés de leurs deux prononciations. Un cerf-volant, cinq kokeshi, cent fourmis !

Cette collection de petits albums est illustrée par Julie Blanchin-Fujita pour la collections japonaise, de très jolies aquarelles délicates et minutieuses, très colorées. C’est un délice de s’attarder quelques temps sur ces pages.

 

Cette collection d’imagiers n’est pas seulement dédiée au Japon, mais aussi à d’autres langues et cultures : chinoise, vietnamienne, arabe… Cela permet d’attiser la curiosité et d’agrandir les horizons de l’enfant dès le plus jeune âge.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :