Les remèdes du docteur Irabu

Auteur : OKUDA Hideo 奥田 英朗
Traduction : Silvain Chupin
Titre original : In the pool
Éditeur : Points (première édition chez Wombat)
Parution japonaise : 2002
Parution française : 2014 (2013 chez Wombat)
Adaptations : au cinéma (2005), au théâtre (2019)
ISBN : 978-2-7578-4266-9
Prix : 7,40€
La quatrième :

Psychiatre obèse et jovial, le docteur Irabu roule en Porsche caca d’oie. Avec son infirmière exhibitionniste, il soigne les obsédés du texto, les paranoïaques et les divorcés en colère. Très impliqué dans la vie de ses patients, il prodigue piqûres et remèdes loufoques. Contre une crise de foie, la natation. Contre les troubles de l’érection, un parc d’attractions. Et si la folie guérissait la folie ?

Né en 1959 au Japon, Hideo Okuda est l’auteur d’une œuvre riche et variée. Traduit en plusieurs langues, grand succès de librairie au Japon, Les Remèdes du docteur Irabu a été adapté au cinéma, à la télévision et en manga.

« Hideo Okuda, le Roland Topor japonais, dresse des portraits décalés et hilarants de la société du pays du Soleil-Levant… ». Lire

Mon avis :
Premier livre d’une série d’actuellement trois ouvrages, il présente le docteur Irabu et ses remèdes vis-à-vis de cinq patients en détresse : le premier a une crise de foie, le second un priapisme, la troisième est suivie, le quatrième a des amis et le dernier, des TOCs.

Les remèdes ? Nager, aller à Disneyland, être encore plus belle, s’acheter un portable et rajouter des TOCs.

Fou, ce docteur ? Ou génie incompris ?

Le récit commence doucement. On découvre ce singulier docteur dont l’office se trouve au sous-sol de la clinique du même nom. Les patients sont reçus par le docteur, un épais gaillard de 35 ans dont le cou semble avoir disparu dans un généreux pli gras et une infirmière jeune, jolie et perpétuellement mal lunée lit un magazine en fumant dans un coin. Équipe de choc.

En suivant le premier personnage, Kazuo Ōmori, il semble au lecteur qu’il tombe dans un univers parallèle. Le psychiatre semble ne pas s’intéresser le moins du monde à son patient, donne un avis en quelques secondes sans prendre de pincettes et annonce tout de go [qu’il ne va] pas poser de questions.

Chercher la raison de votre stress, ou étudier le moyen de l’éliminer, moi, je ne fais pas ce genre de choses. (p.11)

Voila un psy qui ne vous tirera pas les vers du nez. Pas de question. Il juge en quelques minutes, danse, fait de la gym, montre ses dernières acquisitions ou pousse à lancer des pierres sur le personnel de la clinique concurrente. Inutile de dire que j’ai été intriguée de savoir comment il allait s’y prendre.

Difficile d’en parler sans gâcher la surprise, mais ce docteur semble suffisamment fou pour ne pas s’en faire et suffisamment brillant pour réussir en un tour de main à pousser nos pauvres hères en détresse à faire face à eux-mêmes.

Sa méthode ? Pousser les gens dans leurs derniers retranchements et les emmener dans un extrême, en se mouillant toujours un peu, afin de leur faire réaliser quel est le remède, le vrai, qu’il convient. Cela ne marche pas à tous les coups, hélas…

Alors, fou, ce docteur ? Ou génie incompris ? Peut-être un peu des deux… dans tous les cas, c’est un roman très agréable, très fluide, et qui fait sourire. A lire avec un thé chaud, un plaid sur les genoux et un chat ronronnant.

Le tome suivant « Un yakuza chez le psy » est également paru chez Wombat et Points.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :