Certaines n’avaient jamais vu la mer

Auteur : Julie Otsuka
Traduction : Carine Chichereau
Titre original : The Buddha in the Attic
Éditeur : 10/18
Parution originale : 2011
Parution française : 19 septembre 2013
ISBN : 978-2264060532
Prix : 6,90€

La quatrième :
Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu. Celui dont elles ont tant rêvé, qui va tant les décevoir. Chœur vibrant, leurs voix s’élèvent pour raconter l’exil : la nuit de noces, les journées aux champs, la langue revêche, l’humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l’oubli.

Mon avis :
Ce formidable récit choral retrace une tranche d’histoire du Japon méconnue : tandis que de nombreux japonais s’expatriaient vers l’Asie continentale, d’autres partaient chercher fortune dans les îles du Pacifique et sur la côte ouest des États-Unis. Julie Otsuka, avec un « nous » indéfini, nous livre le faisceau des parcours singuliers ou partagés de celles qui, par l’entremise d’agences matrimoniales, partaient rejoindre un époux sur la côte californienne. Avec joie ou douleur, de milieux mondains ou de la campagne, avec ou sans bagages, elles devront survivre à un milieu hostile et aux traumatismes d’une vie déracinée.
C’est un livre fort, sans cruauté ni apitoiement, qui expose avec objectivité mais humanité les anecdotes et les situations, les tragédies et les joies de ces femmes. Victimes de leur origine et de leur sexe, condamnées à la misère, aux tâches des champs ou au service personnel des épouses des propriétaires terriens, c’est avec force et solidarité qu’elles formeront leurs quartiers et leurs vies en communauté.
Je n’ai pas décroché un seul instant de ce chant lyrique, du combat de ces femmes avec ou contre leurs maris, face à un pays qui ne les laissera jamais (ni elles ni leurs enfants) se fondre au reste de la population, jusqu’à la déportation pendant la guerre et la disparition totale de leur mémoire.
J’en recommande donc vivement la lecture, passionnante et instructive.

A noter, un film américain de 1994 (et disponible sur Netflix), Picture Bride, traite du même sujet, et suit la vie d’une jeune femme dans une plantation de canne à sucre de Hawaï.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :