Petites coupures à Shioguni

Auteur : Florent CHAVOUET
Traduction : –
Titre original : –
Éditeur : Philippe Picquier
Parution japonaise : –
Parution française : Novembre 2014
ISBN : 2.8097.1045.8
Prix : 21,50 €

La quatrième :

Kenji avait emprunté de l’argent à des gens qui n’étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n’avait pas de clients. Forcément quand les prêteurs sont revenus, c’était pas pour goûter les plats.

Mon avis :

Troisième ouvrage de Florent Chavouet autour du Japon, celui-ci se démarque des deux autres par son sujet : du carnet de voyage graphique dans lequel il évoluait, découvrant ici et là des facettes insoupçonnées du pays, nous passons au polar bien ficelé. Plein d’humour, toujours aussi bien dessiné -voire beaucoup mieux, si c’était encore possible, ce roman graphique est la quintessence même du polar nippon sauce bleu d’Auvergne et natto (si si, ça se marrie bien). Florent Chavouet s’est merveilleusement bien imprégné de l’atmosphère réelle du Japon et sait la rendre avec justesse avec son trait réalisto-grotesque (grotesco-réaliste ?)*. C’est suffisamment rare pour être notable : le Japon n’y est pas fantasmé.

Ce n’est pas un polar comme on l’entend habituellement, n’est-ce pas ? Pas de meurtres en série, de cannibalisme, de courses-poursuites avec de grosses voitures, d’enquêteur en imperméable qui parle de sa femme. C’est une enquête dans une petite vie de quartier tranquille, trop tranquille pour être totalement honnête, qui va vous emmener entre des vending machines, des yakitori, un manteau et un koban mal éclairé. Coupures de presse, interrogatoires, différents points de vue, repères temporels brouillés, cartes, notes griffonnées, tout vous baladera d’un indice à une fausse piste, pour retomber sur vos pattes à un autre moment, pas pour longtemps…

Le style est admirable, c’est très bien tourné, mis en page, subtil. Il se lit vite, c’est vrai, mais on y retourne, comme on aime retourner dans un quartier sympa, parce que finalement on n’a pas tout vu.. euh, lu. bref. Et puis… peut-être que ces plats étaient bons quand même ? Peut-être que les yakuzas ne mangent jamais, mais ça, je n’en sais rien, et je vais pas embêter Florent-Sama, le chef de la bande, pour savoir ce dont il retourne… D’ailleurs, il a un message :

affiche1-blog-web
Source @Florent Chavouet, http://florentchavouet.blogspot.fr/

*On dit semi-caricatural, je sais !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :