Maiko, journal d’une apprentie geisha

Auteur : Koyoshi de Kyôto
Traduction : Chika Odaka-Pochard
Titre original : Gion Koyoshi 祇園 小芳
Éditeur : Philippe Picquier
Parution japonaise : 2015
Parution française : février 2016
ISBN : 2-8097-1161-5
Prix : 16,50 €

La quatrième :

Koyoshi de Kyoto raconte le long et difficile chemin qu’elle suit avec patience, et enthousiasme, pour devenir geisha. D’abord il faut changer de nom, comme pour une nouvelle naissance. Quitter ses parents, dès la fin du collège, pour aller vivre dans un yakata, une maison du quartier des geishas. Accorder sa parure aux saisons, maîtriser mille aspects du geste et de la posture qui confèrent politesse, douceur et raffinement. Les fêtes rythment la vie du quartier des geishas et les arts, la musique et la danse, sont au coeur de leur existence. Plus qu’une profession, c’est un art de vivre, fondé sur l’attention portée aux moindres détails de l’être.

C’est une belle présentation du parcours personnel et des réflexions de celle qui deviendra Koyoshi. Les arts, les vêtements, le travail, la ville, les fêtes, les gens… tout est détaillé, peut-être un peu moins que dans certains autres ouvrages sur les geikos et maikos, mais incroyablement riche en photographie et surtout, écrit en toute simplicité, avec un lexique à la fin afin de ne pas être perdu.  C’est même un ouvrage que je recommanderais à quiconque voudrait découvrir le monde flottant sans trop se noyer dans les termes complexes ou les études sociologiques.

Koyoshi fait partie des nouvelles générations de maiko. Après avoir suivi des cours de danse traditionnelle, le mai (le mai de maiko !), elle s’est décidée, presque instinctivement, à embrasser le monde des arts et des kimonos et raconte alors son parcours, les petites choses du quotidien et ce qui importe vraiment dans sa construction en tant que Koyoshi : le maquillage, les cadeaux, les rencontres et rituels, ce qui l’impressionnait, la rendait heureuse ou triste.

C’est le journal d’une adolescente aussi, qui s’est engagée dans un monde à part, sans pour autant se déconnecter -bien qu’elle n’en parle quasiment pas. Très souvent, j’ai été tentée de chercher plusieurs choses, plusieurs termes, chansons, ambiances qu’elle mentionnait, ce que je recommande tant cela donne une once de vie supplémentaire au livre. On pourrait reprocher au texte d’être superficiel, mais il ne faut pas oublier que c’est une adolescente qui l’écrit et que c’est un journal -ça fait très redondant, vu que je l’affirme quelques lignes au-dessus, mais il semblerait que cela échappe à certains lecteurs…

Et pour découvrir la belle demoiselle, voici deux vidéos :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :